List Story


Comment cette liste a été créée...

Les premières Pierres...

Les "pères et mères fondateurs" de la BertiListe, avant d'être des BertiManiacs, étaient aussi (et sont restés, rassurez-vous...) des Undercoverites...

C'est à dire qu'ils se sont rencontrés grâce à internet, sur une mailing list consacrée aux Rolling Stones, et appelée "Undercover".

Cette liste, créée en 1992 par quelques fans des Stones se trouvant des deux côtés de l'Atlantique, permet à qui en est membre de discuter à longueur de temps de leurs sujets favoris (Mick Taylor contre Ronnie Wood, par exemple !), mais aussi de se rencontrer à l'occasion des concerts, ou même sans occasion particulière, pour le plaisir de passer du virtuel au réel, et la surprise de voir enfin la tronche de cette adresse d'email ;-)

Avec la tournée Bridges To Babylon, commencée en septembre 1997 (et qui a duré jusqu'en juin 1999 !), en pleine explosion internautique, Undercover s'est considérablement étoffé, atteignant plus de 1.500 membres, avec des Undercoverites (que l'on appelle aussi des Glimmers, mais c'est une autre histoire...) dans tous les pays traversés par le Tour.

Ce fut l'occasion de rencontres, avant et après chaque concert, au cours de "Glimmer Gatherings" réunissant de plus en plus de monde, venant de plus en plus loin.

Quelques uns de nos Glimmers-futurs BertiManiacs se sont ainsi rencontrés bien loin de la "douce France", dans un bar de New-York, ou bien dans une tempête de glace à Montréal, ou encore en écoutant Buddy Guy dans le stade des Chicago Bulls, et chaque fois ont été émerveillés de l'accueil des glimmers locaux.

Il fallait bien remercier tous ces cyber-amis, et les recevoir dignement quand ce serait enfin notre tour de les accueillir sur nos terres. Il fut donc décidé d'organiser à notre tour le GlimmerGathering de Paris, prévu à l'occasion du concert au Stade de France, en juillet 1998.

 

Paris, au mois de mai...

Un tel projet méritait une organisation rigoureuse, et rendez-vous fut pris à en mai 1998, pour une première réunion opérationnelle. Mais la "rigueur" ne doit pas faire oublier le plaisir, et si on s'était rencontrés, c'est bien parce qu'on aimait la musique, au moins celle des Stones. Et quand on aime la musique des Stones, on aime généralement celle de Louis, et inversement.

Nous nous sommes donc retrouvés à un concert de Louis, à la Cigale...

Pas de problème pour se reconnaître, les glimmers seraient à leur place habituelle (front row, Keith side), avec leur costume traditionnel (le t-shirt du concert des Stones à l'Olympia en 1995). Précaution utile, car en fait tous se connaissaient par email, mais bien peu s'étaient réellement rencontrés jusque là.

L'un de nous, que nous appellerons ici respectueusement Da ListMastah (DLM), avait déjà monté un petit site sur Louis, ou plutôt sur un concert que Louis avait donné en début d'année à St Nazaire (ce site n'existe plus en tant que tel, mais vous retrouverez ces pages sur le site de la Liste, section "concerts", évidemment !), et le concert de la Cigale... Ah ! le concert de la Cigale, quelle merveille...

Bref, tous les Glimmers se sont retrouvés BertiFans dès le premier morceau, et ça n'est pas près de les lâcher...

 

Une idée qui monte, qui monte...

Après un petit creux dans l'actualité Bertignacoise (arf !) pour cause de vacances et que les Stones se soient enfin (hélas) éloignés des scènes européennes, quoi de plus naturel pour nos Glimmers que de se retrouver à d'autres concerts, et quel meilleur choix que ceux de Bertignac ?

L'occasion ne tarda pas, et un Glimmer Gathering fut organisé lors du concert du Chabada, à Angers, le 16 octobre 1998.

L'occasion était trop belle de rencontrer le BertiBoss lui même, dans un environnement nettement moins stressant/stressé que la bien trop Parisienne Cigale, et DLM, qui avait entre temps étoffé son site avec des images du concert de la Cigale, justement, prit contact un peu avant le concert avec Louis, pour lui remettre quelques photos du site, et parler un peu internet, puisque Louis avait lui-même été voir ledit site, et avait même signé d'un petit mot adorable le guestbook.

Le contact fut si excellent que rendez-vous fut pris pour après le concert, avec les autres Glimmers, que nous appellerons Fab Fab et Pat Pat pour préserver leur anonymat (arf !), pour causer de tout (les Stones, Internet...) et de rien.

La conversation qui devait durer quelques minutes (après un tel concert, logique d'être un peu crevé !) s'étira sur plus d'une heure, à vanter notamment les mérites d'Undercover et des rencontres qu'elle permet. Et pourquoi pas un Undercover à la sauce Bertignac ? s'écrièrent les glimmers...

 

...et qui prend forme :

De retour du concert et de cette rencontre de rêve, l'imagination de nos Glimmers prit son envol, et Da ListMastah, qui ne s'était pas encore affublé lui-même de ce surnom ridicule, passa un peu de temps à trouver un service de mailing lists qui permettrait de monter cette fameuse liste.

Aussitôt dit, presque aussitôt fait : le 30 octobre 1998, le premier message de test était envoyé dans le cyber espace, et nos Glimmers devenaient des BertiManiacs !

On proposa aux quelques personnes qui avaient signé le guestbook du site consacré aux concerts de Saint-Nazaire et de la Cigale (et d'Angers) de rejoindre cet embryon de liste, et quelques jours plus tard, on se retrouvait tous au concert du Plan, à Ris Orangis.

La liste comptait déjà une douzaine de membres. Un mois plus tard, on se retrouvait tous pour le dernier concert de la tournée, Salle Wagram à Paris. On était déjà 40, dont une bonne moitié étaient à ce concert, et purent rencontrer pour la première fois le patron en personne, qui est venu nous voir après le show, avec sa gentillesse habituelle.

Le rêve pour beaucoup de BertiManiacs...

mais le rêve ne s'arrête pas là ! Au cours de cette première année d'existence, plus de cent personnes se sont inscrites sur la liste. Ils (et elles) se sont rencontrés des dizaines de fois, pour faire des fêtes, des bouffes, voir une éclipse ensemble, lancer des patates dans la Seine, passer des nuits entières à faire de la musique pour embêter les cigales, dire du mal de Jean-Louis Aubert, ou au contraire le défendre, s'écouter, se raconter, s'aider de toutes sortes de manières...

Certains ont fait des milliers de kilomètres, voire traversé un océan, pour se rencontrer à Philadelphie ou à Rimouski (non, ce n'est pas en Russie, mais au Québec, arf !), à Angers ou à Montpellier, à Toulouse ou à Malakoff, à Paris ou à l'Ile de Ré, à Grenoble ou à Londres...

Au cours de cette première année d'existence, plus de 5000 emails ont été échangés sur la liste, pour parler de Louis, de ses concerts, de ses disques, de sa musique, mais aussi pour parler de bien d'autres choses (parfois un peu hors sujet, mais bon ;-) ), toujours bon esprit, en tous cas.

Alors si vous avez envie de partager tout ça avec nous, lisez les pages suivantes de ce site, vous saurez vite comment faire...